GVO

dimanche 28 juillet 2013

رسالتان:اولهما الى يافع خرج يدفع الضرّ عن مستقبله وثانيهما الى هراوة ضالة بقلم الصادق بن مهني



ولدي ـ عزيزي ـ مستقبل بلدي المشرق !
نعم لقدخذلتك اليوم فلم أعرف الى دفع الذرّ عنك سبيلا ...أخطأنا الخيار و قادتنا خطانا الفارّة من هراواتهم وغازاتهم الكثيفة الى سقف تلك العمارة … لا أدري لماذا انحشرنا هناك : ألنقص في الخبرة؟ أم لأنّه لم يكن أمامنا مهرب اخر ؟ أم لأنّنا خلنا هم أقلّ بؤسا و ألطف شراسة من حقيقتهم و تهيّألنا أنّ التعليمات التي تحرّكهم كالالات لا بدّ لها أنها توقفهم عند طوار الشارع و تمنع عنهم حرمات المساكن ؟ أم لأنّنا صدّّقنا ذلك الذي لم نلمس الى حدّ الان من عرضه الاّ الرشّ و العسف و البهتان و العضّ و القمع و التباكي ؟
قادنا تقديرنا العاثر اذن للالتجاء بدرج تلك العمارة ...لكنّهم قذفوا علينا غازاتهم حتّى باهتها و أبوابها و لم يكتفوا بذلك بل لاحقونا في المدارج و حتى سقف العمارة … و هناك أسمعونا وابلا من الشتائم و الباب و البذاءة وأرادوا أن يذلّونا و حلا لهم أن يأمرونا أن نركع على ركبنا و نرفع أيدينا الى السماء بعد أن نفتح حقائبنا ...لم يركع أحد ...لم أر احدا ركع … حتى أنت لم تركع … و لكن شرسا منهم استضعفك فصفعك …
صفعك بلا مبرّر … و دون أن تكون فعلته تلك تدخل ضمن المبررات التي يتبّجحون بأنها تقود أعمال قمعهم و تقنّن تدرّجه …
ولدي ـ عزيزي ـ مستقبل بلدي المشرق !
لقد خذلتك فلم أحتجّ و لم أصرخ … قد أكون خذلتك لانّني لم أكن في كامل وعيي... و قد أكون خذلتك اشفاقا عليك اذ حسبت انّ احتجاجي قد يجعل الشرس يتهافت عليك أكثر و قد أكون خذلتك لانّ انتباهي كان حينها منصبا على رفض الركوع و الاستعداد للتصدّي لما قد ينجرّ عنه … و قد اكون خذلتك لانّ سير فكري و ردّ فعلي كان ادنى سرعة من سير الاحداث
ولدي ـ عزيزي ـ مستقبل بلدي المشرق !
خذلتك و لن يفيد الاعتذار شيئا … لكنّ عزائي و ما قد يخفّف و ان شيئا ما من كرهي لنفسي و يهوّن عليّ و ان لحدّ احساسي بالخي يكمن في قناعتي بانّك لنن تحسّ الصفعة اهانة و كسرا لعزّة نفسك بل انّك ستجد في الصفعة ما يقوّي اكثر من عزمك على النضال و ما يضيف الى حنقك على الظالمين حنقا و ما يقوّي جلدك و صبرك …
وعزائي ايضا انّك انت اليافع قد تعلّمت اليوم انّ خلاص وطننا ليس بين يدي امثالي من الشيوخ و المهدومين و ان كانوا يسعون مخلصين لان يكونوا معكم بل بين ايديكم انتم شبان البلد و شاباته
عزائي انني الذي ساخجل منك لو التيقنا فيما انّك انت سترفل في الفخر و التحدّي ّ
اما انت ايها الهراوة الضالة فلن ادعوك ولدي لانّه لا يمكن لي ابدا ان اقبل ان تكون ولدي ...فانت حقير و سفيه و نذل و حذاء و هراوة ضالة ...لن أصفك بالكلب حتى لا تحاسبني الكلاب … و لن اقول عنك انّك مسعور حتى لا اعذرك ...انت هراوة : هراوة لا عقل فيها ولا احساس...أنت لا شيء أنت نفاية أنت عدم ..أنت براز لست ابن احد فلا احد يسعده ان يكون اباك أو امك … انت متاع ...أنت شهوة عدوان وعنف...انت هراوة ضالة باعت ضميرها و انسانيتها و صغرت و حقرت حتى ظننت انك ستكون لك قيمة ان شرست اكثر و تعسّفت اكثر و أذللت مواطنيك و كسرت توثّبهم …
أنت, أيّها الهراوة, عبد التعليمات : تعشقها و تهواها و تفرحك و تزيد عليها, وبدل أن تتحرّك فيك ولو نتفة من انسانية أو من حسّ وطني فتقف عند حد التعليمات أنت تنقاد الى غريزتك المتوّحشة فتعطش للاساءة و الضيم …
لست ولدي , و لست ولد من ولداك ,و لست ولد هذا الشعب ...لست منا لا صلة لك بهذا الوطن ..أنت الخزي و العار و القذارة و الكلب و النتونة و العفن ...أنت عصا تحرّكها عصا , سيبول التاريخ عليك و على امثالك و على اسيادك و امريك و على محبّي الدامس الذين انقضّوا على البلد و جثموا على صدره يستنزفونه و يتهافتون عليه لدحرجته الى الظلمات .العيب فيهم و لكنّه فيك ايضا...لن تجد عذرا في الاوامرفانت عبد تعشق الاوامر … ولن يفيدك ندم و اليافع الذي صفعته خير منك و افضل و أروع : أنت هراوة ولاشيء وهو الحلم و الابداع و الغد المشرق … انت مثل اميريك من صغيرهم و الى ابن جدّه الى عريضهم وصمة عار و لطخة خزي ستطارد مضاجع من شاءت الاقدار ان تكون لهم بكم صلة … سيلعنكم شعبنا بل هاهو قد لفظكم وهو سيكسر هراواتكم و يهزم غازاتكم و يلقيكم في مزبلة التاريخ
كلمة أخيرة اليك ايها الاحمق الوغد : استجارت منك سيدة بان ذكرت انّها ابنة زميل لك فتجشات بل تقيات حقدا و صلفا و قلت انّه لا يشرّفك أن تزامل رجلا له ابنة تتظاهر و تحتجّ ...حقدك المنساب من احشائك الخامجة و من دماغك التابع ستتذكّره ذات يوم عندما تجد نفسك لا تجرؤ على النظر في 
عيون الاطفال الذين ستلدهم لك زوجة تعيسة الحظّ. ...    


السبت 27جويلية2013

samedi 27 juillet 2013

Violence Policière à l'ANC !!!! Profitons de la démocratie Nahdhaouie

Après l'enterrement du martyr Mohamed Brahmi nous nous sommes dirigés à l'Assemblée constituante pour commencer le sit-in décidé depuis l'assassinat du leader politique du Front Populaire. Quand je suis arrivée sur place, je me suis retrouvée face à face avec une foule de manifestants  qui fuyait les coups des matraques des flics incontrôlables et les bombes lacrymogènes qui pleuvaient de tous les cotés. J'ai rejoint la foule, nous avons reculé et nous avons commencé à scander des slogans réclamant la dissolution de l'Assemblée Constituante , qui a perdu sa légitimité depuis le 23 Octobre 2013. Nous n'avions ni pierres ni autres objets dangereux. Nous sommes des manifestants pacifiques, nous sommes contre toutes les formes de violence.La foule affluait de toutes les rues avoisinant le siège de l'Assemblée Constituante et chaque fois ou un groupe nous rejoignait les flics devenaient nerveux et commençaient à nous lancer les bombes lacrymogènes, Made in Brazil SVP!!!!!!!!!!



Dans l 'une de leur attaque, ils ont attrapé l'un des manifestants, Issam Bouguerra, et ont commencé à le battre sauvagement . Des manifestants ont essayé d'intervenir et ils ont ramené une fourgonnette pour l'arrêter. Ses vêtements étaient en lambeaux et le sang coulait de son dos. Mon père et une femme se sont jetés entre les flics et Issam Bouguerra et ont essayé de les empêcher de le prendre mais ils étaient plus nombreux et ont réussi à le prendre.Leurs véhicules fonçaient dans  des groupes qui arrivaient . Les affrontements ont continué. La foule grandissait. Des flics qui me connaissaient se sont rapprochés et ont commencé à nous dire qu'ils étaient contre la violence. Et c'est là que un nombre de leurs collègues nous ont lancé leurs bombes lacrymogènes et les flics qui étaient avec nous ont protesté contre cette agression. Puis à un certain moment nous avons pu avancer jusqu'à la place devant le siège de l'Assemblée Constituante Jadis connue comme la place de la Fontaine. Notre nombre grandissait et j'étais près d'un groupe de flics et j 'ai essayé de discuter avec eux pour leur expliquer que nous étions des manifestants  pacifiques et que nous étions contre la violence et ils faisaient semblant d'écouter. Ils nous disaient que nous avions raison... 
Cela a duré 30 minutes le temps qu'ils ont reçu les ordres pour nous tabasser à coups de matraque et avec des chocs électriques. Mais nous n'avons pas quitter la place et nous sommes restés sur place . La foule est devenue plus grande et nous avons commencé à scander nos slogans mais dés que des personnes ont commencé à installer des tentes , une pluie de bombes lacrymogènes nous a inondés. Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, et les flics nous poursuivaient avec leurs matraques et chocs électriques . Deux bombes ont effleuré mon pieds et à un certain moment j'ai cru que j'allais mourir asphyxiée. Ils ont continué à nous poursuivre dans les petites ruelles. Et nous avons du nous réfugier dans un immeuble. Nous étions une vingtaine entre femmes et hommes mais malheureusement un flic s'est aperçu de notre présence. Il a lancé une bombe lacrymogène dans l'immeuble et a ramené une dizaine de ses collègues ils étaient tous armés. Nous avons couru dans les escaliers et à un certain moment je me suis aperçu que mon père était le dernier à monter et qu'ils étaient juste derrière lui. Je suis redescendue , je l'ai pris par la main et crié: celui qui touchera à mon père je le tuerai . Un flic en civile mais portant un dossard de la police était déstabilisé par mes mots . il a marqué un temps de pause et nous a permis de monter et rejoindre le groupe. Il est monté en premier sur le toit ou nous étions mais il est resté silencieux . Son collègue en  tenue à commencé à hurler et à nous insulter , nous demandant de nous mettre à genoux chose que nous avons refusé de faire. Il dirigeait son arme servant à lancer des bombes lacrymogènes vers les visages. Il nous insultait: fils députés, on va vous niquer , crétins etc...
et a giflé un jeune homme très calme ... il le traitait des voleur : qu'est ce que vous faites là vous êtes là pour voler ... bande de bandits .Puis s'est retourné vers une jeune femme à mes cotés pour l'insulter à son tour . Cette dernière l'a répondu calmement pour lui expliquer qu'elle est la fille de son collègue . En réponse elle a eu droit à : un collègue ayant une fille comme toi est une honte pour nous. Mais cette dernière est restée calme . Nous avons essayé de calmer le jeu en discutant et c'est là que le flic en civile et en dossard nous a dit que nous pouvions descendre un à un et qu'il allait nous protéger et c'est ce qu'il a fait . A un certain moment il était en premier et il a éloigné une autre bombe lacrymogène lancée par ses collègues. Une fois dans la rue, un autre flic ma dévisagé en me disant : et tu mets un piercing aussi!!! 
Dans la rue, le chaos régnait . Des gens couraient dans tous les sens et les flics les poursuivaient avec leurs matraques . Des personnes étaient par terre étouffés par le gaz ... il y'avait des ambulances etc ...
Nous avons décidé de nous éloigner un peu le temps de nous reposer dans la voiture et c'est là que j'ai vu des flics qui insultaient des journalistes en leur reprochant le fait de les filmer en tabassant et fermant l'oeil sur des casseurs, qui n 'étaient pas présents  pas à ce moment là ... Sur mon chemin j'ai vu les casseurs; des adolescents qui nous ont confirmé qu'ils étaient là pour créer le chaos .


NB; Excusez mes fautes d'orthographe et autres je suis rentrée pour soigner quelques blessures et changer mes vêtements et je vais rejoindre les manifestants pour la suite , je n 'ai pas le temps de vérifier . 

mercredi 24 juillet 2013

أمينة تحاكم وزارة العدل و ادارة السجون و الجلادين و القضاة . أمينة تحاكمنا





أمينة

منذ التقت عينانا يوم محاكمتك بسوسة بتاريخ 4 جويلية 2013 و أنا عاجزة عن الكتابة
عاجزة عن التعبير فكلّ الكلمات التي أعرفها في سياق وصف الشجاعة و الصبر و المكابدة و التشبّث بالمبادئ لا تكفي لوصف ما رأيته منك و فيك.
لا أستطيع أن أعبّر عن الأحاسيس التي تمّلكتني و أنا أراك تتخلّصين  من السفساري في تحدّ صارخ للعادات البالية و   ماهي  بقوانين كما يحاولون التسويق له
لحظتها عادت الى ذهني صورة نساء "الطرابلسية" وهنّ يدخلن المحكمة مطأطئات الرؤوس خانعات  محاولات اخفاء وجوههنّ لدرء فضائحهنّ و جرائمهنّ. قارنت خنوعهنّ بشموخك فمامن جرم قد ارتكبت و هذا ما يجعلك ترفعين الراس   عاليامتحديّة  مجتمعا بكامله, لا مجتمعات عديدة  صوّرت المرأة كائنا ناقصاو جعلت من تكبيل عقلها و أفكارها و جسدها  هدفها الأوّل و أولويتها المطلقة 
أمينة  رسالتك واضحة تونس دولة مدنية  نساؤها أحرار . هكذا كانت و هكذا ستظلّ  بفضل نساء مثلك   

 أمينة 
ابتسامتك في المحكمة و شعار النصر الذي رفعت رغم الألم و رغم سرقتهم لحريتك غيّرت فيا الكثير . دعتني الى مراجعة 
نفسي مرات و مرات . لا  بل دعتني لمحاكمة نفسي و محاسبتها   بصرامة . دعتني الى مراجعة أفكاري وأقوالي و أفعالي . و ها أنا أعتذر لك مرّة اخرى لانّني لم أساندك بشراسة منذ اليوم الاوّل بل اكتفيت بقولي بانني لن استعمل نفس الطريقة  . للتعبير و لكن من حقك ان تستعملي الطريقة  التي تريدين للقيام بذلك  في حين أنّه  كان من الاحرى  بي أن أعبّر عما كنت أشعر به حقا و لكن كما قلت في نصي الاوّل  الامي و اوجاعي من ظلم أبناء بلدي لي و تعمدهم تشويهي و تقزيمي و شتمي   بمباركة من يسمون أنفسهم تقدميين و مدافعين عن الحريات و حقوق الانسان أوجلني و أزجعني فقررت أن لا أتدخّل في قضيتك بشكل  كبير لتفادي  الضغط . و كما قلتها  و اعيد قولها يومها لم أكن في المستوى و أظهرت من الجبن الكثير  . 


أمينة 

سبق و ان عبّرت في نصي الاول عن اعجابي بما أظهرته من شجاعة أولا حينما تحدّيت مجتمعا باكمله و عائلة و عالما كاملا و نشرت صورك التي استفزّت كبت الكثيرين فمضوا يطالبون باقامة الحدّ عليك و يهددونك بالقتل و منهم من دعا الى . رجمك  و ثانيا لما ذهبت في مواجهة مع الموت نعم مع الموت  فمن يقدم على الذهاب الى القيروان رافعا شعار   مدنية  الدولة و حرية النساء و قد سبقته اخبار ما قمت به من نشر صورك يعرف انّه ذاهب الى مواجهة مع الموت   خاصة انّ من ذهبت لمواجهتهم سبق ان هددوا وزارة الداخلية و ما ادراك ما وزارة الداخلية بحمام دم في حالة منع اقامة مامرتهم اه عفوا مؤتمرهم 


أمينة 

أكتب لك اليوم لاشكرك لانّك عريتنا جميعا عريت جبننا عريت قبحنا عريت نفاقنا .  شخصت امراضنا النفسية و عقدنا العديدة  و اكتب لك لاشكرك لانّك حاكمتنا جميعا في جلسة محاكمتك في مساكن في قضية جديدة لفّقت لك لانّك تحديت
   قمعهم مجددا  و افرغت جرابك الممتلئ بمشاهد التعذيب في زنازين السجن حيث تقبعين لم تخافي  ما قد يسبّبه لك كلامك من مشاكل  و من تشفّ و تحامل من قبل سجانيك و أعرافهم و أعراف أعرافهم  رغم انّك وقتها كنت تمثلين امام المحكمة ظلما  و كتشفّ منهم  لانّك ابلغت محامييك عن تواصل التعذيب في السجن الذي وصفته بالمعتقل . يومها اختاروا ارجاعك الى المحكمة في قضية جديدة  كشف المحامون بطلان  اجراءاتها لانّك اعترضت على تعذيب سجينة رفضت اداء التحية فاوقفوها تحت الشمس الحارقة  لمدة   خمس ساعات  و لانّك كشفت ممارساتهم اللا انسانية القبيحة 


امينة

خلال المحاكمة وضعت القضاة امام الامر الواقع و حملتهم مسؤوليتهم التاريخية و طلبت منهم التحقيق في الممارسات  الخارقة للقانون في السجون , امينة يوما ابرزت كرمك و لم تمضي في خطاب نرجسي للدفاع عن نفسك بل مضيت تدافعين عن المظلومين في السجون أو المعتقلات   كما اخترت ان تسمي السجون في عهد الحكومة المتشدقة بالشرعية و . الثورية و الخوف من الله و احترام الانسانية  

 امينة
 خلال المحاكمة بان معدنك الثمين للجميع و ظهرت خصالك و تجلّت انسانيتك فمن منّا سينسى كلماتك و من منّا سينسى  ابتسامتك رغم الالم و الاحساس بالظلم  و من منا سينسى حركة يدك المربتة على راس الفتاة التي تحاكم معك و التي لم  و  
تستطع تمالك نفسها و انفجرت باكية لشعورهابالظلم و  الضيم



امينة 
انت عظيمة رغم انف الكثيرين 
 دخلت التاريخ من الباب الكبير رغم معارضة الكائدين 
شامخة  متمسكة بمبادئك كنت و كذلك ستظلين  




samedi 20 juillet 2013

Free Amina .Des Tunisiennes et des Tunisiens soutiennent Amina Sboui .

Procés de Amina Sboui à Msaken le 22 Juillet 2013 / Appel du Comité de Soutien







AMINA sera encore une fois jugée pour des motifs fallacieux.Cette fois-ci le procès ne se déroulera ni à Kairouan ni à Sousse mais à Msaken.Et ce le lundi 22 juillet 2013 à partir de 9h.
Il est vrai que la société civile a bien commencé à s'organiser pour défendre AMINA ,et à travers elle la LIBERTE .Cependant ce qui a été fait jusqu'à présent est encore insuffisant.Surtout comparé à l'acharnement dont AMINA fait objet tous les jours.
Nous invitons donc toutes les organisations et associations de défense des droits humains,toutes les associations citoyennes,l'Ordre des Avocats,les instances internationales concernées,ainsi que toutes les femmes et tous les hommes libres qui tiennent à vivre pleinement leur citoyenneté à assister au dit-procès pour exprimer leur soutien à AMINA et leur opposition à la tyrannie,à l'obscurantisme et à l'exclusion.
Nous espérons que , quoique notre justice n'ayant pas encore fait sa révolution,AMINA trouvera en face d'elle une cour impartiale et juste.
Nous nous permettons de rêver que parmi les gardiennes et les gardiens de prison il s'en trouvera quelques uns qui s'en référeront bien à leur conscience.
Nous restons convaincus que le procès se tiendra dans un environnement calme et paisible grâce à la compréhension des habitants de Msaken et à la prédominance de l'esprit républicain parmi les forces de sécurité.



Je n 'ai pas peur...
Que je sois gardée en prison pour longtemps cela ne m'importe pas
Je ne suis pas folle, je suis libre
Je suis derrière les barreaux mais je me sens plus libre que beaucoup de gens qui sont à l'extérieur .
Être derrière les barreaux n'est pas plus dur que d' être à l’extérieur à regarder la dictature religieuse s'emparer de la Tunis
Amina , Prison de Messadine le 19 Juillet 2013.


COMITE DE SOUTIEN POUR l’ACTIVISTE FEMINISTE
TUNISIENNE « AMINA (Femen)»

« La Tunisie est un état civil et les femmes
tunisiennes sont libres » (Amina-18
mai 2013)


Combattons
l’injustice ! Combattons l’intégrisme !
 Aidons AMINA ! Aidons-nous
nous-même !           

 Pour avoir plus d'info sur Amina au travers
des jours consultez  le lien :http://freeamina.blogspot.fr/
Pour signer la petition http://www.avaaz.org/fr/petition/FREE_AMINA_LIBEREZ_AMINA
Page Facebook  https://www.facebook.com/freedom4Amina
Twitter Account: @freeamina1

jeudi 18 juillet 2013

Nouvelles données concernant l'affaire de Amina Sboui




Selon son avocat Maitre Halim Meddeb Amina Sboui va comparaitre devant le tribunal de Msaken le 22 Juillet 2013 pour :

-outrage à un fonctionnaire dans l 'exercice de ses fonction selon l'article 125 du code pénal tunisien :

Article 125
Est puni d'un an d’emprisonnement et de cent vingt dinars d’amende, quiconque, par paroles, gestes ou menaces se rend coupable d’outrage à un fonctionnaire public ou assimilé dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions.
-diffamation:  


Article 245

Il y a diffamation dans toute allégation ou imputation publique d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne ou d'un corps constitué.
La preuve du fait diffamatoire est autorisée dans les cas prévus à l'article 57 du code de la presse.
Article 247
Est puni de six mois d’emprisonnement et de deux cent quarante dinars d’amende, quiconque, se sera rendu coupable de diffamation.
Est puni d'un an d’emprisonnement et de deux cent quarante dinars d’amende, quiconque, se sera rendu coupable de calomnie. 

معطيات جديدة في قضية امينة السبوعي




بعد  جهد جهيد تمكّن الاستاذ حليم المدب من الاطلاع  على ملف القضية الجديدة التي نسبت الى امينة السبوعي  و قد

تبيّن أنّ
التهم المنسوبة الى منوّبته في قضية جديدة هي :
ـ هضم جانب موظّف أثناء أدائه لعمله و ذلك حسب الفصل125من المجلة الاجراءات الجزائية
ـ القذف العلني و ذلك حسب الفصلين 245و 247 من  مجلة الاجراءات الجزائية
هذا و قد حددت جلسة للنظر في هاته القضية و ذلك يوم 22جويلية 2013 بمحكمة مساكن .

Clarification de la part du Comité de Soutien de Amina Sboui




Suite à la lecture d'un article intitulé : Le Rappeur Weld el 15 soutient Amina  ( Paris Match) et dont voici le lien. Et comme porte parole du comité de soutien de Amina Sboui je tiens à clarifier certains points: 




- Je ne suis pas la présidente du comité de soutien de Amina Sboui, je suis l'une de ses porte- paroles. 

- Nous n'avons jamais appelé et personnellement je n'ai jamais appelé à écrire de lettres à Monsieur Moncef Marzouki pour demander la libération de Amina. Hier durant la conférence de presse, j'ai demandé aux personnes présentes d'écrire des lettres  à Amina pour la soutenir moralement. En effet, je fais partie de la jeunesse de ce pays et je tiens à respecter la volonté de cette jeunesse qui, en ce moment,  oeuvre pour remettre les pendules à l'heure en se débarrassant des gens qui sont au pouvoir aujourd'hui et qui ont confisqué les rêves et la révolution de tout un peuple. Personnellement, je ne reconnais pas Marzouki comme mon président, je l 'ai déjà dit sur des plateaux de TV et les gens qui sont au pouvoir aujourd'hui et ceux qui sont l'Assemblée Constituante ne me représentent pas. 

- Le comité de soutien refuse d'entrer dans des négociations avec des parties officielles pour respecter les désirs de Amina qui s'estime innocente et qui ne s'excusera auprès de personne. 

- Hier durant la conférence de presse, nous avons annoncé  que nous continuerons à nous battre pour Amina et que nous allons passer à des actions sur terrain. Nous saurons comment  récupérer nos droits, nos libertés, notre dignité  ... confisqués et volés. Nous ne demandons pas la charité des officiels. 


mardi 16 juillet 2013

Conférence de Presse du comité de Soutien de Amina Sboui (Femen)


Les comités de soutien et de défense de Amina Sboui  organiseront  une conférence de presse le Mercredi 17 Juillet 2013 à 11 heures au local du Syndicat National des Journalistes Tunisiens sis au 14 Avenue des États Unis d'Amérique Belvédère Tunis. 1002  pour mettre la lumière sur les derniers développements alarmants dans l'affaire de Amina Sboui . 




Nous nous inquiétons pour Amina et nous voulons informer ses supporters des derniers développements dans son affaire. Selon son avocate Maitre  Radhia Nasraoui, Amina est désormais accablée d’une nouvelle accusation celle d'outrage à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions selon l’article 154 du code pénal tunisien.
Une accusation qui serait survenue suite à sa dernière audience et durant laquelle certains avocats ont parlé du fait qu’Amina leur a révélé des cas de torture dans la prison ou elle est incarcérée…

(ARTICLE 125 du code Pénal : est puni d'un AN d'emprisonnement et de 120 dinars d'amende quiconque, par parole, gestes ou menace se rend coupable d'outrage à un fonctionnaire public ou assimilé dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonction).

La situation devient de plus en plus critique, pour AMINA face à un acharnement féroce et injustifié sauf peut être par la haine de la femme qui habite ces dirigeants du gouvernement décidé à faire d'AMINA un exemple pour toutes les femmes qui oseront dans le future faire face à l'islamisme du pays. 

Jusqu'à quel point AMINA devrait supporter cette injustice?
Jusqu'à quel point la jeune et débutante mais non moins efficace militante AMINA tiendra ?
Pourrions-nous les regarder l’oppresser jusqu'à ce qu'elle craque? et atteindre ainsi du même coup les valeurs qu'elle représente et défend pour que les gens n'osent plus les défendre également et se laissent faire ... 

Remarque:

AMINA a de bonnes relations avec les gardiennes; on a pu le constater le jour du procès
Vous pouvez toujours suivre les derniers développements dans l'affaire sur :
la page Facebook : Free Amina https://www.facebook.com/freedom4Amina?fref=ts
le compte Twitter: @freeamina1: https://twitter.com/FreeAmina1
le  lien de l'évènement pour la conférence de presse: https://www.facebook.com/events/492067054205188/

Cordialement 



samedi 13 juillet 2013

Vidéos de la conférence de presse du comité de soutien de Amina

Intervention de Mounir Sboui ( Père de Amina) Intervention de Amjède Dridi ( membre du comité de soutien de Amina) Intervention de Maitre Hayet Jazzar (Avocate de Amina) Intervention de Maitre Radhia Nasraoui( Avocate de Amina) Intervention de Sadok Ben Mhenni ( membre du comité de soutien) Intervention de Lina Ben Mhenni ( membre du comité de soutien)

jeudi 11 juillet 2013

Comment je n'ai pas été à la rencontre avec le Président Hollande.

Ces derniers temps j'étais submergée par les activités relatives à la défense de la liberté d'expression: Weld 15, Jabeur, Amina et tous les autres...Et c'est dans cette ambiance tantôt euphorique tantôt faite de désespoir et de souffrance que j'ai été invitée à une rencontre avec des députés français puis avec le Président  Hollande lui-même...Ma première réaction a été de  vouloir décliner les deux invitations: car il me paraissait que je n'avais aucune raison valable de m'attendre à quelque chose de vraiment positif pour mon combat actuel de ce côté_la. Puis des amis m'ont expliqué que parler à ces gens-la et surtout au Président du pays des droits humains pourrait être bénéfique pour l'état des choses dans notre pays...J'ai donc accepté les deux invitations , fait taire mes hésitations et dominé mes appréhensions qui m'assaillent chaque fois où je suis face à des rencontres à forte connotation protocolaire...

J'ai donc été à la première rencontre.Mais je n'ai pas pu y rester jusqu'au bout:elle m'a paru inutile,sans fin et ne pouvant d'aucune manière être fructueuse sinon en tant que réalisation protocolaire et formelle pour ses organisateurs.
Quand est venue donc l'heure de la deuxième rencontre le coeur n'y était plus du tout.J'allais même me décommander.Le sort en a voulu autrement.Beaucoup parmi les miens m'ont poussée à y aller.A fin d'y défendre la bonne cause encore une fois.
Etant sûre que je n'aurai pas suffisamment de temps pour m'exprimer j'ai même pensé nécessaire de rédiger préalablement mon "hypothétique" intervention pour pouvoir m'en "imbiber" et ne pas oublier l'essentiel de ce que je devais dire le moment venu.
Ma prise de notes me permet ainsi de divulguer ci-présent l'essentiel de ce que j'avais l'intention de communiquer:

Votre Excellence le Président de la République Française, Mesdames ,Messieurs

Permettez-moi de vous exprimer quelques idées en tant que citoyenne et blogueuse activiste tunisienne mais aussi en tant que lauréate  du  Prix Sean Mac Bride pour la Paix Mondiale et je crois que beaucoup de tunisiennes et de tunisiens ,jeunes et moins jeunes, se reconnaitront en ce que je vais dire.

Monsieur le Président,

En m'exprimant devant vous je ne peux pas ne pas évoquer que c'est votre pays qui a donné au monde entier ses valeurs universelles des droits humains,mais je ne peux pas oublier aussi que notre peuple a à plusieurs reprises été deçu par des prises de positions auxquelles il ne s'attendait pas de la part de la France. Je n'en donnerai qu'un seul exemple:le soutien qu'a trouvé le dictateur et son régime jusqu'à la dernière minute de son existence.
J'évoque cela non pas pour remuer  le couteau dans la plaie mais plutôt pour en tirer quelques conclusions.

Monsieur le président

Loin de moi l'idée de vous appeler à une ingérence dans les affaires tuniso-tunisiennes, mais je voudrais rappeler devant vous que les valeurs universelles sont un bien commun pour toute l'humanité qui se doit de les défendre là où elles sont bafouées.
Et vous savez bien, monsieur ,le president, que la Tunisie continue à vivre la répression, des atteintes à la liberté d'expression,le recours à la torture,l'atteinte aux droits de la femme et des regions déshéritées et personnellement je voudrais persister à croire que la France va se mettre à défendre sérieusement avec force les droits humains partout à travers le monde et surtout quand il s'agit d'un pays qui a signé avec l'Europe des accords de coopération qui englobent les questions des droits individuels et collectifs. 

Monsieur le Président

notre monde est effectivement devenu un petit village et les frontières ont presque été effacées devant les flux d'échange et aucun pays ne peut plus croire pouvoir sauvegarder sa paix et son essor sans se soucier de la situation dans les autres pays
c'est pourquoi je ne comprends pas comment votre pays continue-t-il àse barricader,à mettre tant et tant d'entraves devant nos étudiants,nos investisseurs,nos chercheurs et notre main- d'oeuvre. 

Monsieur le Président,

Je ne comprends pas aussi comment votre pays ne multiplie point ses efforts pour aider nos pays du sud à mieux se développer en instaurant des règles d'échanges équitables, en s'abstenant d'attiser les conflits, surtout quand ils sont armés. 

Monsieur le Président, 

Je suis surement  candide et naive mais je crois en les valeurs des droits humains,de l'égalité,de l'équité et de la fraternité. Et c'est pour cela que je me suis exprimée comme je l'ai fait.
Merci pour votre écoute et sachez que nous comptons surtout sur nos efforts mais aussi sur le soutien de nos amis et sur tous les humains qui croient bien que nous sommes tous des frères et soeurs.


Cependant, arrivée à quelques dizaines de mètres du lieu de la rencontre, il m'est venu à l'esprit des citations du Président Hollande s'adressant à notre A.N.C. et qui affirmaient,plus ou moins, plutôt plus que moins, que notre transition démocratique se faisait bien et était presque exemplaire.M'est venue aussi à l'esprit l'image de Amina abandonnée à sont sort, livrée à l'injustice et à la soif insatiable des hordes débarquées du moyen-âge...Me sont revenues à la mémoire les déclarations des FEMEN européennes qui se sont évertuées à justifier les excuses qu'elles ont fait à la recommandation des autorités consulaires françaises  jusqu'à oublier,ou presque, l'affaire qui était à l'origine de leur action:l'incarcération injuste d'AMINA !

M'est venu à l'esprit aussi ces accords conclus en matière de coopération en présence des deux présidents et acclamés comme s'ils représentent réellement une oeuvre exceptionnelle alors qu'ils n'ont fait que reproduire du déjà-vu:des accords mille fois reconduits avec le régime déchu !
Alors que je m'attendais à un engagement ferme et sérieux à soutenir matériellement le processus de reconstruction notamment en matière d'investissement et de création d'emplois ,à une auto-critique claire en matière du soutien longtemps apporté à un régime dictatorial malgré les accords qui engageaient la France à s'inquiéter du respect des droits humains en Tunisie ,à un appui sérieux à nos jeunes et surtout à nos femmes en matière de référence et d'adoption inconditionnelle des valeurs universelles, je ne voyais que des salamalecs et un langage qui changeait avec le changement des tribunes !
Il parait que ma voiture  elle- même  partageait ma déception, ma colère et mon indignation et il me semble que c'était elle qui avait pris l'initiative de rebrousser chemin.!


vendredi 5 juillet 2013

القضاء القطري يرفض مجددا رفع منع السفرعن محمود بوناب




ا
 
تونس في 5 جولية 2013 
رفض القضاء القطري يوم الإربعاء 3 جويلية رفع منع السفر المفروض منذ 22 شهرا على الإعلامي التونسي محمود بوناب المدير العام السابق لقناتي الجزيرة للأطفال وبراعم. وهذه هي المرة الثانية التي يرفض فيها القضاء في دولة قطر رفع منع السفر عن بوناب منذ أن بدأت محاكمته واثنين من زملائه في 5 فيفري الماضي بتهمة إهدار المال العام. 
وكان محامي محمود بوناب السيد سلطان مبارك العبد الله تقدم يوم 20 جوان الماضي بطلب إلى رئيس المحكمة الجنائية لرفع منع السفر عن بوناب المحتجز في قطر منذ إنهاء خدماته في سبتمبر 2011. وجاء في رسالة المحامي أن بوناب محروم من الرعاية الصحية الملائمة التي تقتضيها حالته ومن زيارة والدته المسنة وأسرته كما أنه غير قادر على الوفاء بالتزماته سيما ما يتعلق بدراسة إبنه. وأضاف المحامي أن إدارة قناة الجزيرة للأطفال تتعسف ضد محمود بوناب وتتهمه بالتهم محل المحاكمة  حتى تفوت عليه فرصة الحصول على مستحقاته المالية كما هو ثابت في الدعوى العمالية التي رفعها بوناب ضد القناة. وأكد المحامي في طلب رفع منع السفر الموجه إلى القاضي التزام بوناب بالحضور في كل جلسات المحاكمة لأنه على ثقة في الله وفي عدالة المحكمة وبأن الحق سيظهر وتثبت براءته. 
إن اللجنة الوطنية لمساندة محمود بوناب إذ تستغرب هذا الرفض توكد أن استمرار احتجاز الإعلامي التونسي محمود بوناب في دولة قطر مخالف لكل القوانين والأعراف العربية والدولية ويمثل انتهاكا خطيرا لحقوقه المدنية وتعديا على كرامته وحرمته الشخصية سيما وأن السيد بوناب محروم من أي مورد رزق منذ ثمانية أشهر ومن العلاج الملائم وهو منقطع عن أسرته وأولاده.
وتحذر اللجنة الوطنية من التبعات الخطيرة الناجمة عن هذا الإحتجاز غير الإنساني سيما وأن محمود بوناب بريئ من التهم المنسوبة إليه وذلك بشهادة خبراء ومدققي ديوان المحاسبة القطري وشركة أرنست يونغ الذين برأوا ذمة بوناب وزملائه من أى جرم بالإستيلاء على المال العام أو إهداره، وتؤكد اللجنة أن إصرار إدارة قناة الجزيرة للأطفال ومن يقف وراءها على تتبع بوناب والتشبث بمحاكمته وممارسة الضغط والإبتزاز على السلطات المختصة لإدانته ليس سوى محاولة يائسة لإخفاء المكيدة المقيتة التي حبكتها تلك الإدارة لتصفية محمود بوناب وإدارته والطعن في إنجازاتهم ورصيدهم المهني.
وتدعو اللجنة الوطنية لمساندة محمود بوناب الحكومة التونسية على مستوى رئاسة الجمهورية ورئاسة الحكومة ووزارة الخارجية التدخل بشكل صارم وحاسم لدى الحكومة القطرية لرفع هذه المظلمة عن محمود بوناب لرد اعتباره واستعادة حقوقه وتمكينه من العودة إلى وطنه وأسرته في أقرب الآجال. كما تدعو اللجنة المفوضية العليا لحقوق الإنسان التابعة للأمم المتحدة وكافة المنظمات الحقوقية العربية والدولية إلى اتخاذ كافة الإجراءات الملائمة للدفاع عن محمود بوناب وتمكينه من مغادرة قطر. وتحمل اللجنة السلطات القطرية المسؤولية الكاملة عن الأضرار الصحية والمادية والمعنوية التي لحقت بمحمود بوناب جراء استمرار احتجازه دون وجه حق وتعتبره رهينة لديها يتعين الإفراج عنه فورا. 
لمزيد من المعلومات يرجى الإتصال ب:
أيمن الرزقي، المكلف بالحريات بالنقابة الوطنية للصحفيين التونسيين: +21694628449
الأستاذة سعيدة قراش، المحامية: +21620575109

lundi 1 juillet 2013

Conférence de presse Comité de soutien Amina Sboui ندوة صحفية للجنة مساندة امينة السبوعي


تنظّم لجنة مساندة أمينة يوم 3 جويلية 2013 على الساعة 11 صباحا ندوة صحفية بمقرّ نقابة الصحافيين التونسيين لتسليط الاضواء على اخر تطورات ملف القضية وذلك بحضور أعضاء لجنة الدفاع و أعضاء لجنة المساندة و بعض من أفراد عائلة أمينةو بعض مكونات المجتمع المدني ( الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات .منظمة العفو الدوليةالمنظمة الدولية لمناهضة التعذيب )
الدعوة مفتوحة لكلّ الصحافيين و المدونين و مكونات المجتمع المدني و مساندي أمينة
مع الشكر على الاهتمام

العنوان : 14 شارع الولايات المتحدة  الأمريكية البلفيدير 1002 تونس

Le comité de soutien d'Amina organise une conférence de presse le 3 Juillet 2013 à 11 heures du matin au local du Syndicat National des Journalistes sis au 14 Avenue des États Unis d'Amérique Belvédère Tunis. 1002 et ceci pour mettre la lumière sur les derniers développements de l'affaire Amina. Seront présents: les membres du comité de soutien, les membres du comité de défense, des représentants de la société civile( ATFD, OMCT,Amnesty...) ainsi que certains membres de sa famille.
Cette invitation est ouverte aux journalistes, blogueurs, les représentants de la société civile et toutes les personnes qui soutiennent Amina. 
Merci pour votre présence