jeudi 31 mars 2011

عابر السرير

جنون حبهما لا يعرف حدودا

و لكن كل الاقدار مجنمعة ابت الا ان تفرقهما
حتى الاهتا الحب افروديت اليونانية 
و فينوس الرومانيةلم تفلحا في تجميع قلبين
اضناهما الحب و ارقتهما الصبابة
كم حلمت ان تنجب منه قبيلة 
ولكنه لم يكن اكثر من عابر لسريرها 
ينحت ذاكرته على جسدها مع كل لمسة ،وكل قبلة
ليخلق فوضى في حواسها

ويتركها لهواجسها و هلوساتها

mardi 29 mars 2011

Tristounette

Non ce n 'est pas de la nostalgie. Je venais d'arriver aux Etats Unis, à Madison plus exactement. Mes amis partis avec moi étaient joyeux. Je ne me sentais pas bien. Je partais pour une année. Tout au long du voyage Tunis-Frankfurt-Chicago-Madison je me déplaçais avec un drapeau tunisien. J 'essayais de faire semblant que tout allait bien mais j 'avais un pincement dans le coeur. 
Une série de conférences .... Au milieu de l 'une de ces conférences,  j 'ai écouté cela en live ( cellphone) :








J'ai beaucoup pleuré .Depuis ce jour là, je n 'ai pas  pu passer un jour sans écouter cette chanson. Elle m 'a aidée à surmonter ma solitude aux USA.
Maintenant je voyage souvent. La Tunisie me manque et je ne peux pas me passer de cette chanson.

dimanche 27 mars 2011

Flou

J 'ai passé 15 jours en dehors de la Tunisie. J 'ai essayé de suivre ce qui se passe par internet et en regardant la TV.  Que de bonnes nouvelles: dissolution de la police politique,dissolution de l 'RCD etc... Mais voilà je ne comprends plus rien. J 'ai appris que la police politique a été dissoute mais voilà hier en entrant à un hôtel de Tunis , j 'ai vu les mêmes flics qui surveillaient les locaux des partis opposants et qui suivaient les activistes et les militants avant le 14 Janvier faire leur boulot d'antan. Il y 'a deux jours j 'ai appelé à une manifestation devant l 'ambassade de la Syrie et voilà ils étaient là . Aujourd'hui des visages que je connais étaient au café  l 'Univers en plein Avenue Habib Bourguiba. J 'aimerais bien comprendre pourquoi ces mêmes visages sont encore là ? S 'ils ne font pas partie de la police politique alors c 'est quoi leur rôle? Pour le compte de qui travaillent ils? 

Après deux mois du départ de Ben Ali, la situation des médias ne change pas. Pire encore il y 'a trois ou quatre jours je me suis sentie entrain de suivre la chaine mauve en écoutant et voyant la speakerine nous annoncer le communiqué du Ministère de l 'Intérieur. Le langage utilisé dans le communiqué n 'était pas mieux. Un discours de menaces. Hier on m 'a invitée à Express FM et nous avons discuté ce sujet et nous avons discuté le sujet du droit aux manifestations . Le porte parole du dit ministère nous a appelés pour nous bouffer ce qui reste du temps de l 'émission et pour nous dire que les citoyens tunisiens n 'ont pas besoin d'une autorisation pour manifester et que son ministère ne délivre pas d'autorisations pour manifester et qu'on pouvait manifester librement. J 'ouvre les journaux la même langue de bois. Rares sont les articles qui analysent la situation actuelle. Ceux qui insultaient les opposants se sont mis à insulter l'ex-président et sa famille. Pour moi ils sont plus coupables que lui. ils doivent être juger. 

Ceci n 'est qu'une partie  des choses qui ne vont pas en Tunisie. La liste est longue...

The Bob's Awards

I've been nominated for the BOB's blog awards  organized by The Deutsche Welle which honors websites in 11 languages that champion the open exchange of ideas and freedom of expression. Blog were just beginning to establish themselves as a new type of media and the BOBs aimed to show that this new form of communication was worthy of being taken seriously.
The BOBs represent one of the Deutshe Welle ongoing efforts to contribute to promoting freedom of expression and the upholding of human rights around the world.



If you like my blog vote for me here

vendredi 25 mars 2011

Festival de la Révolution à Regueb

Demain débutera le festival de la révolution de Regueb qui durera 3 jours du 25 au 27 Mars.




Le programme est varié: musique, cinéma, théâtre, poésie et débats.




jeudi 24 mars 2011

Constatations d'une Citoyenne Tunisienne Passée par l'Aéroport de Tunis-Carthage

Aujourd'hui en rentrant de Paris et en entrant l'aéroport de Tunis Carthage, je m 'attendais à voir les mêmes visages souriants que j 'ai vu il y 'a peu de temps. En effet, il y'a trois semaines je suis partie en France et en rentrant je me suis sentie très à l 'aise en voyants les sourires des douaniers et des agents de la police de l 'aéroport. Ils n 'hésitaient pas lancer le mot : bienvenue avec tout le respect du monde. Pourtant j'ai été un peu préoccupée vu qu'on m 'avait arrêtée avec des cartouches vides dans la poche de mon manteau lors du départ de la Tunisie. J 'avais oublié ces cartouches dans ma poche depuis le début des évènements de Sidi Bouzid. Des jeunes me les ont donné à Kasserine comme preuve de l'utilisation de balles réelles contre des civiles qui manifestaient pacifiquement.
Cette fois-ci j 'ai vu des visages fâchés et sombres. Quand j 'ai lancé un bonjour à l 'agent s'occupant du contrôle des passeports elle n 'a même pas répondu. 

 La semaine dernière en quittant la Tunisie, j'ai voyagé avec Monsieur Ahmed Ibrahim, l 'ex- ministre de l ' éducation supérieure. En passant par la police pour le contrôle des passeports, les agents de sécurité  lui ont dit qu'il pouvait passer sans contrôle  ce fut de même pour le passage à travers le portique de détection. Le bonhomme insistait pour qu'on prenne les mesures de sécurité nécessaires et habituelles mais le personnel insistait sur le faite qu'il  ne fallait pas faire cela avec un ministre.Pourtant il était démissionnaire. 

Voilà la situation ne change pas beaucoup, les agents de la police et de la sécurité tendent à oublier qu'ils sont au service des citoyens et qu'ils sont dans leurs postes pour assurer la sécurité de ce citoyen et non pas pour l 'effrayer avec un regard le dévisageant comme s'il était un criminel. La situation ne change pas les gens des administrations continuent à donner des faveurs aux gens dans les postes des décisions.

Une remarque finale: la vidéo dont le but est de promouvoir le tourisme  qui tourne en boucle partout dans l'aéroport est pathétique. Elle présente aux tunisiens certains visages qui étaient loyaux à Ben à Vie qui est parti ou qui ont travaillé pour des gens corrompus. D'ailleurs je ne vous en prive pas: 






mardi 22 mars 2011

Militansime féminin ...by Zohra Ben Khoud

J 'ai décidé de partager cette note de Zohra Ben Khoud, une jeune fille que je n 'ai rencontrée qu 'une seule fois. C 'était l 'année dernière pour le Festival du Cinéma de Kélibia. Merci Zohra. 



Cette jeune femme , a participé à la révolution du 14 autrement que les autres . Elle n'a pas seulement crié " dégage " mais elle a aussi soutenu les militants de l'UGET et les journalistes opprimés depuis que le régime de Ben ali a commencer à suffoquer le peuple tunisien .
Avec sa petite caméra , son compte facebook et son blog qur internet , leena a entamé le monde du militantisme . Elle a crée une page sur facebook pour soutenir mohamed soudani , l'une des victimes du régime de Ben ali . Elle a également participé à la manifestation contre la censure. elle a porté le fameux pull " 404 ammar " et a flâné dans l'avenue Bourguiba sous les yeux de la police . Elle a aussi manifesté contre la privatisation des plages de kélibya . à cet époque-la personne n'osait dire NON . elle a transmis le message des jeunes tunisiens à travers ses articles , à travers sa voix , à travers son intervention sur " Al jazeera " et " France 24 " . Quand le climat d'effervescence a submergé sidi bouzid , elle est allée voir ce qui se passait et a publié des vidéos sur facebook . Aprés le 14 janvier , elle a participé à une caravane de remerciements pour les gens de sidi bouzid . voila une femme qui défend son pays , voila une femme libre , voila une femme qui a cassé tous ces barreaux surannés pour transmettre la voix de la jeunesse tunisienne . C'est ca le militantisme féminin . C'est ca l'audace féminine . C'est leena ben mhenni :) Bonne continuation ma belle :)

Cher Gouvernement Transitoire

Cher gouvernement transitoire, un autre jeune Khalil Zaafouri (33ans) se serait  immolé par le feu à Sidi Bouzid ( reste à vérifier ). C 'est alarmant non? 

 Des manifestations , des sit-ins, des grèves de la faim, et d'autres actions de contestation s'organisent un peu partout en Tunisie: Thala, Regueb, Sidi Bouzid et la liste est longue. Le pays bouillone et risque d'exploser à nouveau.

 Cher gouvernement le dictateur est parti mais le système ne change pas. La corruption, le népotisme, l 'immoralité et le pourrissement  sont toujours là. Les gens qui sont sortis dans les rues de la Tunisie  pour réclamer leur dignité en Décembre dernier sont dans la meme situation. Ils sont toujours marginalisés et oubliés de tous, oubliés des ministres qui ne bougent pas le petit doigt pour faire avancer les choses. Les seuls qui ont tiré profit de la révolution du peuple ont été les policiers qui ont vu leurs salaires augmenter et qui ont pu avoir beaucoup de bénéfices.

 Comment voulez vous gagner la confiance de ce peuple? Comment ces jeunes qui ont tout sacrifié pour cette révolution vont -ils se calmer en vous voyant nommer des symboles de l 'RCD dans des postes de décision?

Chers membres du gouvernement déplacez vous dans notre beau pays. Sortez de vos cocons. Allez discuter avec le peuple! Votre responsabilité est immense. Soyez à la hauteur. Ce peuple a prouvé au monde entier qu 'il est un Grand peuple ne le sous estimez pas. Sa colère sera grande.  

La lutte Continue

Ces derniers jours je vois que les attaques contre des cyber-activistes tunisiens se multiplient. J 'ai remarqué que Yassine Ayari  est la cible de certaines de ces attaques , Slim Amamou et moi même le sont aussi et je suis certaine que la liste est longue. Je ne partage pas les opinions de slim et Yassine concernant plusieurs sujets. Mais je suis contre les attaques gratuites que nous subissons. 



Parfois je trouve que Yassine exagère dans ses propos. De plus il  m 'a accusée d'être indicateur suite à son arrestation avec Slim lors de l 'organisation de la manifestation contre la censure 'Nhar 3la 3ammar'  parce qu'ils ont été arrêtés et je ne l 'ai pas été. Yassine est même allé plus loin en me dénigrant sur un blog qu'il a crée au milieu de l 'année 2010. Il  y racontait que je mentais que je n 'ai pas interdite de voyager , que la police ne me suivait pas etc.Je me rappelle que j 'étais la première à le féliciter pour le blog quand il a annoncé sa création et que j 'étais la première à être insultée sur le blog aussi. Je ne connais pas ses motifs pour s'attaquer à moi de la sorte. Cependant, je sais que Yassine a été arrêté quand la majorité de ceux qui s'attaquent à lui maintenant étaient  bien au chaud chez eux ou étaient entrain d'applaudir Ben Ali. Yassine est libre de dire ce qu 'il veut, il a  lutté pour s'exprimer librement. Je n 'oublierai jamais qu'il me disait je le fais pour mon fils , je veux que mon fils grandisse dans un pays libre, je veux qu 'il puisse s'exprimer librement. 

Slim lui  je l 'ai connu en voyageant avec lui  au Liban pour un meeting de blogueurs Arabes et c 'était en 2009. C 'est quelqu'un qui est très sympathique, spontané et plein d'énergie. Je n'ai pas apprécié son acceptation d'être secrétaire d'état dans un gouvernement dont la majorité des membres étaient des rcdistes cependant je n 'accepte pas le faite qu 'il soit attaqué parce qu 'il a levé la censure sur tout internet. S'il avait fait autrement je dirai que Slim n 'est plus le même . Depuis le début de notre travail collectif contre la censure Slim affirmait qu 'il était contre la censure de tout. Pour les sites pornographiques il proposait les options du contrôle parental. Slim a été arrêté à deux reprises quand d'autres n 'osaient pas ouvrir leurs gueules.

Un petit rappel  vous fera du bien. 

http://dekhnstan.wordpress.com/2010/05/23/online-activism-meets-real-world-activism-a-day-against-censorship/

http://www.tunisiawatch.com/?p=2419


Bref, je voudrais dire à ces gens qui n 'ont rien à foutre que vous n 'allez pas nous décourager, que la lutte pour une Tunisie libre continuera. Toutes ces campagnes ne vous mèneront nulle part . Ben Ali et ses barbouzes ont déjà tout essayé pour nous intimider , pour nous faire taire mais ils n 'ont pas réussi à le faire. 

Slim et Yassine je sais que nous ne travaillons plus en groupe. Je sais que nos visions sont différentes. Je sais que je n 'ai pas le droit de parler à la première personne du pluriel mais je le fais quand même car nous avons partagé beaucoup de choses ensemble car nous avons lutté pour la même cause à un certain moment. Je le dis car nous avons un jour formé un groupe.  Chacun de nous continuera à lutter à sa manière ça je le sais. Mes respects. 



lundi 21 mars 2011

Lettre d'un citoyen Tunisien au Ministre de l 'Intérieur

Je publie ici une lettre écrite par Monsieur Mouldi Lahmar un collègue  qui travaille au Département de sociologie de la faculté des Sciences Humaines ey Sociales de Tunis. Je publie la lettre telle que je l 'ai reçue . 


Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Intérieur
  Commencez SVP par un programme de formation professionnelle et civique pour la police
                  Monsieur le Ministre, beaucoup de tunisiens, et je suis parmi eux, apprécient votre calme et votre prudence quand à la manière de gérer les innombrables problèmes du Ministère de l’Intérieur. Mais permettez moi de vous dire que  l’un de ces problèmes, et il est probablement le plus important, est celui de la formation à la fois professionnelle et civique du personnel de la police. Le langage de beaucoup de vos policiers, Monsieur le Ministre, leurs gestes, leurs techniques de recherche et  d’arrestation, les représentations dont ils se font de leur métier et de leurs rapports avec les citoyens, la réception qu’ils leur réservent au poste ou au commissariat de police, leur prédisposition à les aider, bref leur manière de faire leur travail nécessite une profonde révision. Beaucoup parmi vos policiers, Monsieur le Ministre, ont surtout appris comment faire peur aux citoyens, comment les intimider pour leur faire croire qu’ils ont de toute façon tord et qu’ils sont quelque part coupables. En d’autre mots, ils ont longtemps appris comment faire perdre au citoyen son honneur –les révolutionnaires l’ont plus tard réclamé avec force- ou comment fragiliser le citoyen au lieu de lui donner de la force civique.
                  Voici un exemple récent, très simple mais très significatif, qui vous éclairera beaucoup sur la qualité du savoir faire des policiers avec lesquels vous tâchez de veiller sur la sécurité de vos concitoyens et de notre pays : le samedi 12 mars, mon fils, élève en seconde, est allé –cartable sur le dos et en accord avec sa mère- de la Manouba à El-Menzeh 6  pour choisir un pantalon puis l’appeler pour venir le lui acheter.  N’ayant rien trouvé qui lui plaît, il  décide d’aller à pied à la station-métro du complexe sportif d’el –Menzah et de là d’aller à Tunis où le grand nombre de boutiques, croyait-il,  lui donnerait  plus de chance de trouver ce qu’il cherchait. Or ce fut  le mauvais choix, car il a rencontré sur son chemin la police. Tout à basculé en une seconde : 4 policiers à bord d’une voiture civile –des braqueurs ?!-foncent sur lui, n’ayant rien compris et ayant pris peur il commence à courir sans savoir où aller, mais les policiers l’attrapent et, devant  des passants « heureux de voire la police en train d’en  attraper un », le rouent, qui à coup de matraque, qui à coup de point au ventre, jusqu’à évanouissement.  Puis pendant environ 3 heures, durant lesquelles il a appris, de la bouche de ceux qu’li croyait représenter la loi et la morale, tous les gros mots qu’il ne connaissait pas, ils le gardent au poste d’el-Menzah 1 avec  d’autres malheureux élèvent arrêtés dans des circonstances similaires. Le pire c’est qu’ils l’ont « exposé » devant des victimes de vols pour vérifier  s’il était parmi « ces braqueurs qu’on cherche », et pour finir ils lui ont fait signer un engagement qu’il n’a même pas lu.
                   La police dit, Monsieur le Ministre, qu’elle était en train de faire une « opération de ratissage » après que certains élèves d’un lycée proche aient été victimes d’actes d’agression et de vols. Mais la manière dont la police s’est comportée n’est elle pas du même ordre que celui des  braqueurs, justement  faute de formation professionnelle et civique ?  Ceci ne mérite –t-il pas une enquête de votre part ? Ne mérite –t-il pas que vous  lui consacriez un moment de réflexion ? Et puis les informations qu’ils vous transmettent sur ce genre d’affaire sont elles crédibles ? Vous aident-elles à travailler ?  C’est quoi pour vous la police tunisienne d’après le 14 janvier ? Mon fils attend votre réponse.

Mouldi Lahmar
lahmarm@yahoo.fr 



dimanche 20 mars 2011

Confessions Nocturnes

Il y 'a quatre ans, je faisais encore  la dialyse . Je faisais la dialyse péritonéale; une dialyse qui se fait pendant huit heures chaque soir . J 'ai fait cette dialyse pendant deux ans . J 'ai arrêté de voyager , j 'ai limité mes sorties. Je passais mes nuits enchainée à une machine  sauveuse-maudite qui ronfle toute la nuit . J 'ai vécu la prison à ma manière parce que ce que je vivais  ressemblait à être emprisonnée . J 'étais la prisonnière de mon corps malade. 

Je pense à tout ça parce que chaque soir je me demande et si j 'étais entrain de faire la dialyse quand les évènements de Sidi Bouzid ont commencé ?

Une   image horrible  hante mes pensées  chaque soir . J 'aurais été incapable de vivre cette révolution comme je l 'ai vécue. Je n 'aurais jamais pu me déplacer ou même participer aux manifestations . Partir à une manifestation avec un tuyau  (cathéter) qui sort du ventre n 'est pas possible. Alors que dire de parcourir de longues distances , d'aller sous les bombes lacrymogènes et les cartouches de la police de Ben Ali? 

Heureusement que j 'ai pu avoir un rein. Maman m 'a offert un rein. Un beau cadeau non?  Si je n 'avais pas eu ce rein je serais encore prisonnière de mon corps. Je serais enchainée à la machine ronflante. 
Pensez à aider ceux qui ont besoin d'un organe , vous ne le regretterez jamais. Pensez à mentionner le mot donneur:donneuse sur votre carte d'identité vous sauveriez peut être des vies . 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Depuis quelques semaines , je ne fais que bosser . Je participe à des conférences , j 'écris , je lis , je discute... Plusieurs personnes m 'envient , d'autres me félicitent ... D'autres m 'accusent de profiter de la révolution... Oui je profite en courant d'une salle de conférence , en rencontrant des gens, en passant des nuits entières seule dans des chambres d'hotel sombres et lugubres.   Moi je suis triste car je n 'ai plus ma vie à moi . Les petites rencontres au café médiocre des pyramides me manquent , siroter un café sous les yeux  vigilants de la police politique me manque ( ils ne sont pas partis), marcher tout au long de l 'Avenue Habib Bourguiba avec mon amoureux avec cinq flics derrière me manque. Monter  à 7 heures du matin dans un train plein de personnes fâchées ou qui ont un manque de sommeil me manque . Manger des brik chez 'Khamjoun' ou 'Sadok' le Sfaxien  me manque , boire un thé à 400 millimes  au café du cinéma ' le Mondial' sous les yeux d'une indicatrice en jupe micro et collants multicolores me manque .

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

'Paris Mon Amour ' une série de courts métrages racontant dix histoires d'amour se déroulant à Paris . Je ne sais pas pourquoi la ville de Paris est toujours  liée à l 'amour dans ma tête . Ma solitude me pèse. Etre célibataire me pèse. je n 'ai jamais eu droit à un vrai amour. Pourtant je me suis investie  à fond dans chaque relation  que j 'ai vécue. Je me sens si seule , si délaissée , si abandonnée ...


vendredi 18 mars 2011

La Révolution Tunisienne S'invite au Salon du Livre de Paris

L'inauguration du Salon du livre de Paris s'est tenu  hier le 17 Mars 2011. La Tunisie était présente avec un stand de l 'Union des Editeurs Tunisiens  qui regroupe un nombre important d'éditeurs tunisiens . Mr Mohamed Maalej le secrétaire général de l 'union a oragnisé un réception pour l'occasion.  Le Ministre Tunisien de la Culture s'est rendu sur place et a discuté avec les tunisiens présents sur place . Je lui ai posé deux questions :




















Plusieurs tunisiens se sontt déplacés au salon du livre et ont été présents sur le stand tunisien. 
Le 18 Mars 2011, l'auteur Boujemaa Rmila a dédicacé son livre  Quand le peuple réussit là ou toute la société échoue' . Un débat ' La Place Politique de la Femme dans la Tunisie d'aujourd'hui ' a été organisé avec Dorra Mahfoudh (sociologue) , Mme Golli ( parti républicain)  qui a rempalcé Mr Abdelaziz belkhoga , Emel Mathlouthi et moi. nous nous sommes pas limitées au sujet de la conférence ,  plusieurs sujets ont été abordés : les droits des femmes , le role des femmes dans la vie politique , le code du statut personnel, la censure  et la religion. Des gens ont participé au débat et nous ont posé des questions sur la situation des femmes en Tunisie. 
J'étais particulièrement contente pour avoir proposé aux organisateurs d'inviter Emel mathlouthi au débat car elle avait été impressionnante pendant le débat et parcequ'elel nous a émerveillés avec sa chanson 'Kelmti horra' à la fin du débat.






 





mercredi 16 mars 2011

Syrians are Angry !


Yesterday Syrians started to express their anger . They joined the civil unrest that spread accross the Arab world and which lead to the overthrowing of the presidents of Tunisia and Egypt and to ongoing unpheavals in Libya , Bahrain , and Yemen. On March 15th, Syrians took to the steets in pro-democracy demonstrations .
Today, families of political prisoners demonstrated in front the Ministry of Interior ( between 200 and 300 persons) . But the police interfered brutally and arrested family members kids and activists. They confiscated cell phones and cameras. The number of persons arrested to the moment is : 32.  


My Meeting with Stépahne Hessel


On March 11th I had the opportunity to meet Mr Stépahne Hessel who is  German-French diplomat , former ambassador,concentration camp survivor and  French resistance fighter who also took part in the drafting of the universal Declaration of Human Rights of 1948. 
Stéphane Hessel has lately (October 2010) written a best-seller ' Indignez Vous' (Cry Out) . The pamphlet is considered as an editorial phenomenon as 600, 000 copies were sold in three months. 





 The pamphlet of 28 pages is a cry  to resistance . It is divided to small chapters: The reason of the Resistance was outrage, Two visions of History, Indifference: the worst attitude, My indignation about Palestine, Nonviolence, the path we must learn to follow, For a peaceful uprising. 

Well I met Stépahne for about 2 hours . He listened to me carefully when I was telling him my story as a blogger. I shared with him my worries about the  future. I talked too much about my fight for women rights, freedom of speech and human rights in general  and my hopes of seeing many women in the constituent assembly were are electing in July 2011.  On his turn , he shared with me some of his souvenirs as a militant and gave me some pieces of advice. 
Stéphane said that he has been surprised by the  fast development  of events in Tunisia but that he was very impressed and happy to see the Tunisian people free. 

وداعا للعقل السياسي وألف أهلا بالجنون بشار زيدان 2011-03-11




في خضمّ المخاض الثوري الذي يشهده الوطن العربي في هذه الأيّام المباركة.. يجد المرء نفسه عاجزاً عن ترك جهاز التحكّم عن بعد (الريموت كنترول) والإمساك بالقلم، فتسارع الأحداث المفصلية وعدوى الثورات الشعبية مازالا أسرع من قدرة أقلامنا على مواكبتهما، وأكبر من أن تستوعبهما أشد أحلامنا جموحاً، مع أنّنا ظننّا مخطئين يوماً أن الحبر المسال لن يغيّر شيئاً، لكن الدم الذي سال في تونس ومصر، ويسيل في ليبيا، غيّر معادلات وحسابات أشد ديكتاتوريات الوطن العربي صلافة، وأشعل النار في عروش من ورق.
أكتب الآن وأنا أتابع ثورة الشعب الليبي العظيم، أحفاد شيخ الشهداء وأسد الصحراء عمر المختار، وأرجو أن ينتصر الشعب ويسقط السفاح الطاغية المجنون معمّر القذّافي قبل أن تجد هذه السطور طريقها للنشر.

لقرااءة بقية المقال اضغط هنا 

la Révolution Tunisienne s'invite au Salon du Livre de Paris


Présentation débats d'idées-Salon du Livre 2011
Le Salon du Livre de Paris accueillera cette année un stand de l'Union des Éditeurs Tunisiens placé sous le signe de la Révolution. L'Institut français de coopération appuiera cette initiative tunisienne en permettant à 17 intellectuels et professionnels du Livre tunisiens de se rendre à Paris. Les productions éditoriales tunisiennes seront présentées sur un stand mis à disposition par l'IFC.
Des séances de dédicaces ainsi que des débats d'idées seront organisées en différents lieux du Salon. Les débats se proposeront d'appréhender les nouveaux enjeux qui se posent à la société civile tunisienne à travers deux thèmes centraux: « La place politique de la femme dans la Tunisie d'aujourd'hui » et « Égypte, Tunisie: révolution et modernité ».

« La place politique de la femme dans la Tunisie d'aujourd'hui »

Durant la Révolution tunisienne, les femme ont joué un rôle majeur depuis les premières manifestations jusqu'au soir du 14 janvier et la fuite de Ben Ali. Pourtant, il convient de se demander si la révolution va véritablement inaugurer une présence plus importante des femmes sur la scène politique et au sein de la société civile. Des représentantes de plusieurs générations de femmes et un éditeur engagé débattront de cet enjeu central pour l'avenir de la Tunisie.
« Égypte, Tunisie: révolution et modernité »

Après la chute imprévue des régimes de Ben Ali et de Moubarak, la communauté internationale observe avec attention l'agitation sociale qui secoue le monde arabe. Les révolutions tunisienne et égyptienne semblent porter les espoirs et les attentes de pays que l'on pensait incapables de se soulever. Mais cette série d'évènements pose le problème de la transition démocratique. La révolution entrainera-t-elle une démocratisation durable et une modernisation des États? Ce débat se propose de confronter les cas de la Tunisie et de l'Égypte pour tenter de dégager leurs points communs et leurs différences.
Des séances de dédicaces seront organisées: 



Vous pouvez suivre cet évènement sur Facebook et Twitter.
Un hashtag sera utilisé: #tunilivre

mardi 15 mars 2011

A Skype Conference with a Libyan Blogger



I couldn't stop crying when the melancholic voice of the Libyan blogger Hayet reached my ears via Skype.  The blogger was in tears and she was struggling to describe the situation in her country. She preferred to keep her face hidden as  she believes that Kaddafi's militia are  everywhere and are ready to execute people just because they  are talking about their country's situation. This happened one week ago. She talked about the genocide occuring there. That day, she stated 10000 victims who lost their lives  under the fire of the crazy Kaddafi 's army or militia. I guess that the number is much more bigger now. She focused on the fact that the number of the dead people was biggest then that of the injured ones. This has never happened before in the history of the entire world.She explained to us that the kadadfi's militia  was killing  the injured people inside hospitals. They did not allow the entrance  of humanitarian aids and medicine to most of teh Libyan cities and villages. They burnt , killed , tortured and kidnapped thousands and thousands of Libyans. She later condemned the silence of the world's nations.  The Libyan blogger couldn't  not continue the Skype conference because she burst into tears . Well, that night I felt guilty. I felt guilty because I didn't write enough about was going on in Libya. I took part in some demonstartions in Tunis. I tried to help people at  the  frontiers by establishing different relationships between people from Ben Guerdène and people wanting to help. I tried to help by guiding journalists who were on the ground. But this is not enough.  It is true that Tunisians showed a momentum of solidarity with libyans and with refugees but we  are all taking part in the crime against civilians in Libya. The whole world is taking part in the crime. 

lundi 14 mars 2011

My country, Tunisia: ‘For years, the regime kept up appearances’



When Mohamed Bouazizi set himself on fire on Dec. 17 last year, I was living in the house of a friend who works as a lawyer. Together, we began following the uprisings sparked by his death, verifying information and sharing it with others.
She and I took part in the first demonstration in Tunis in support of the inhabitants of Sidi Bouzid, where Bouazizi lived, and all the protests that followed. She helped me find out about support activities organized by lawyers.
We spent days and nights in front of our computer screens — reading, writing and uploading photos and videos. After that I had the opportunity to travel to Sidi Bouzid, Regueb and Kasserine. I have been subjected to tear gas and soldiers’ fire. I have met the families whose children were fatally shot by police, interviewing them and taking pictures of the dead.
To read the whole article click here

lundi 7 mars 2011

Un Texte de Papa pour les Femmes



إليها، إليهنµ... في عيدهنّ : عيد المرأة العالمي !
صغيرتي كم أنت كبيرة وعظيمة ورائعة ! أنت نبتة فلّ رقيقة حييّة سهلة الخدش يراك الرّائي فيحسبك يافعة ما تزال تلبس ميدعتها وتذهب إلى المدرسة ! لكنّك في واقع الواقع- كما كانت الكاهنة-علّيسة-سوفونيسبة- بنتُ تونس التي آلت على نفسها أن تفنى حبّا وبذلا لئلاّ تفنى تونس نهبًا وتخويفا وتقتيلا.
صغيرتي ! صغيرة القامة رقيقة العود، نحيلة أنت ! لكنّ قامتك وأنت تهتفين عند زاوية "الداخلية" ذات يوم دخل التّاريخ إلى الأبد في علوّ بوقرنين وزغوان والشعانبي معا !
صغيرتي ! كنت أخشى عليك ومازلت هلعا عليك. فأنت الوديعة المسالمة الحالمة المتطلّعة المعطاءة المتحدّية كنت، ومازلت، محطّ أنظار وأسماع غلاظ-متعجرفين- لا رادع لهم -متواطئين-طمّاعين-خوّافين- متكالبين- باعوا إنسانيتهم بأبخص ثمن وبدون ثمن !
كبيرتي ! لم أعد أخشى عليك ولستُ عليك جزعا ولن أحزن لو أصابوك ! فأنت قد علّمتني أنّ ابنتي-ابني-أطفالي ليسوا أفضل ولا أضعف ولا أغلى ولا أهون من شهيدات وشهداء تخضّبت بدمائهم أرضنا وعبق بشذاهنّ-شذاهم تاريخنا.
رائعاتي ! كم سعدتُ وفرحتُ وكم أحسستني شابّا بل ويافعا متوثّبا نحو مستقبل ممتدّ حتّى اللانهاية وأنا أجلس معكنّ ومعهم على الرّصيف في الشارع الكبير، الشارع الذي نهض يصنع التاريخ جديدا بحناجركنّ-حناجركم والشموع تتلألأ مرتاحة إلى الأزهار المرتاحة إلى صمتكم-صمتكنّ إلاّ صوت آمال تغنّي لوهلة كلمتها الحرّة !
بديعاتي ! بعضكنّ وبعض من أصدقائكن صديقات وأصدقاء لي على الشبكة وجميعكنّ-جميعكم بنات وأبناء لي كما صغيرتي-كبيرتي وكما أمينُ... وكم أنا ممنون للحياة على أنّها أبقتني لأعيش لحظةً ارتفعت فيها هامتي وطاولت ما وراء الحدود-ما وراء الزّمن السيّار ...
كم أنا ممنون لكنّ-لكم على أنّكم-أنكنّ صنعتنّ- صنعتم من رقّتكن-يفاعتكم قوّة زلزلت من-ما كان جاثما على صدورنا-عقولنا-إرادتنا كقدر غاشم لا يستحيل.
صغيرتي-كبيرتي وأخواتها !
أدرك أنّكنّ قويّات العزم، فولاذيات الإرادة، لا تتردّدن في المعاودة لكنّني مع ذلك مشفق عليكنّ، جزع علينا !
لا أستطيع أن أنسى هناء، وما ذاقته من عذاب اجتمع عليها فيه كلاب الدمّ وغوغاء الميليشيات...لا أستطيع أن أنسى ذاك الذي حمل على الأعناق وشقّ صفوف الديمقراطيات ينبح "أن إلزمن المطابخ والمضاجع واتركن العمل والشارع والتعبير للرجال"... لا أستطيع أن أنسى أولئك الباغين الذين تكالبوا على زهورنا وشموعنا وعلى جمالكنّ الساطع يدّعون في الدّين معرفة حصرية وفي الجهاد طريقا وحيدا... لا أستطيع أن أنسى ما أشاهده وما أسمعه من رغبة في غبن أرضنا-سمائنا-شمسنا-طموحنا بكذبة خلنا أنّها انفضحت وانقشعت للأبد وهاهم يلوّحون بها من جديد كذبة أنّكن أدنى وأصغر !
صغيرتي-كبيرتي وأخواتها !
ولدتني امرأة تعذّبت بي جنينا وطفلا وعذّبتها شابّا يخرج من مراهقته تتلاقفه مخابئ النضال السرّي فالسجون والمعتقلات الموزّعة على الأنحاء البعيدة !
وكانت جدّتي امرأة لا يصل كعبَها عشرةُ رجال : تعمل كقبيلة، وتشقّ الوعر، وتصنع المحال، وتستهزئ بألف تحدّ، وتحفّظُنَا "لغة النبيّ" – لغة أجدادها الأمازيغ!
ورافقت أمّك عودتي إلى الدّنيا من غياهب سجون تونس وبنزرت والقصرين وبرج الرومي وكان لها فعل كبير في أن أتعلّم من جديد كيف أخطو ومتى أعدو أو أهرول ومتى أهدأ. وإلى ذلك أعطتني ولدين رائعين وأحاطتني برعاية حنونة وأثبتت بولادتها الثانية لك أن المرأة هي مستقبل البشرية فعلا .
كما رافقت مسيرتي في حياتي أخوات ورفيقات وصديقات وقريبات وزميلات أحببنني كثيرا، وأحببتهنّ كثيرا، وتعلّمت منهنّ الكثير، وأنا مدين لهنّ بأشياء لا تحصى منها أن إنسانيتي هباء منثور إن لم تعزّزها حرّيتهن وإنسانيتهنّ.
ومنكنّ جميعا تعلّمت أنّ الحياة أنثى وأنّ السخاء هو أيضا أنثى، وأنّ التضحية أنثى... وعندما أعدتني إلى روحي ودمي بأن أنزَلتني مجدّدا إلى المظاهرات والتجمّعات والاعتصامات، وجدتني صغيرا صغيرا بل في منتهى الصّغر وأنا أرى كل هؤلاء الرائعات المتقدّمات في الميدان المتمترسات تحت الأشجار الزاهيات بأعمارهنّ على اختلافها المناديات بحريّة الشعب ورخاء البلاد الغيورات على حقوقهنّ وغير المتردّدات أمام الغازات والسموم والرصاص والعسس.
صغيرتي، الكبيرة، أخواتي، أمّي، صديقاتي يا كل حبيباتي !
أنا خائف عليكنّ، خائف على الرجال في بلدي، خائف على بلدي، خائف من أن ينقلب المنقلبون على ثورة لم يصنعوها واستفادوا منها فوريا وأكثر من غيرهم، لكنّهم لا يحترمونها...
ولكنّني تعلّمت منكنّ جميعا أنّ الصّبر جميل وأنّ الحقّ يعلو وأنّنا شعب قد يخبو لهبه لكن أبدا لا تنطفئ شعلته، وأنّنا "إن عادوا عدنا" وإن التفّوا انفجرنا وإن اعتدوا تصدّينا.
أحيّيكنّ جميعا في عيدكنّ العالمي، وأقبّل أرجلكنّ واحدة واحدة يا كلّ نساء بلدي !


                                                               الصادق بن مهنّي
                                                     7 مــارس 2011

Sans la Dissolution de la Police Politique Il n 'y aura Pas une Vraie Démocratie

 La date du 14 Janvier 2011 a été une date historique non seulement pour la Tunisie mais aussi pour le monde entier. Le 14 Janvier 2011 les Tunisiens se sont mobilisés pour dire à un dictateur :Dégage. Ils étaient tous unis et ont réussi d'une manière ou d'une autre à s'en débarrasser. Le monde entier a été surpris et impressionné par cette révolution. En effet, l'ancien régime a  toujours joué sur les apparences. L'économie, les droits des femmes , et l'intégrisme étaient les sujets de propagande les plus fréquents. C 'est ben Ali qui a réussi à faire avancer l 'économie tunisienne. C'est lui qui a donné aux femmes des droits et c 'est lui qui nous a toujours protégés de l'intégrisme. Donc le monde croyait ou faisait semblant de croire que tout allait bien en Tunisie et que Ben Ali était l'homme idéal pour continuer à gouerner la Tunisie pour les siècles à venir.
Par la suite beaucoup de pays arabes et non arabes qui vivent sous l 'emprise des dictatures ont réagi et ont commencé à faire leurs révolutions. En Egypte cela a abouti. Dans d'autres pays comme la Libye, le peuple se bat toujours pour avoir sa liberté. 

  La majorité des médias  du monde ont parlé du succès de la révolution tunisienne et  sont  passés à autre chose. Ils sont commencé à suivre d'autres révolutions.   Cependant la Tunisie a connu beaucoup de développements depuis le 14 Janvier 2011. De la violence , du calme et puis retour à la violence . Quand on a eu une première vague de violence , les enquêtes ont montré que des officiers de la police en étaient responsables . Après le départ d'Ahmed Friaa du Ministère de l 'Intérieur , Farhat Rajhi le nouveau ministre a fait le ménage au sein de l 'appareil sécuritaire en mettant à la retraite 42 responsables sécuritaires de la direction centrale .Après ces mesures, La Tunisie  a connue une période relativement calme . Mais cela n 'a pas duré . La violence a éclaté de nouveau et il a été à plusieurs fois démontré que certains membres de la police en général et de la police politique en particulier seraient derrière cette violence.


Quelques jours après leur disparition , les officiers de la police politique sont réapparus . il suffit que des personnes connues pour leur activisme ou engagement politique s'attablent dans un café pour discuter de tout et de rien pour que des agents  de police civils viennent s'attabler à la table d'a coté pour bien écrire leur rapport. Plusieurs personnes ont dénoncé ces pratiques et ont parlé de la nécessité de la dissolution de ce corps de la police. Un corps corrompu qui a nuit aux tunisiens pendant des années. Il ets digne d'un système mafieux: arrestations non justifiées , violence ,kidnapping,  torture, harcèlement , cambriolages  etc...
En effet, ce service qui était chargé de quadriller et de museler la société dans le but d'assurer la stabilité et la tranquillité du régime dictatorial n 'a plus aucune raison d'être . Cependant des développements quotidiens ont démontré qu 'il est toujours là et qu'il est entrain de semer la zizanie. Prenons l 'exemple de Hana Trabesli la blogueuse agressée le vendredi noir . Cette dernière confirme que l'agression qu'elle a vécue a été initié par quelqu'un de la police politique.








D'autres journalistes ont connu le même sort . Cette institution a toujours été au dessus de la loi . Elle a toujours violé la constitution et les droits des citoyens( écoute téléphonique , lecture des emails et courriers privés etc . C'est sur que chaque pays se doit d'avoir un ou des services de renseignements en charge de missions telles que le contre-espionnage et la sécurité militaire mais cet organisme ne doit pas se mêler à la vie et à l 'activité politiques des citoyens.

Dissoudre cette institution répressive est une urgence pour la Tunisie pour instaurer la démocratie et parler d'un vrai changement.

jeudi 3 mars 2011

تحقيقات على خلفية آحداث يومي الجمعة و السبت ٢٦و٢٧ فيفري ٢٠١١

على خلفية آحداث يومي الجمعة و السبت  ٢٦و٢٧ فيفري ٢٠١١ وجهت النيابة العمومية بالمحكمة الابتدائية بتونس ١  يوم الخميس ٣مارس ٢٠١١ تهم تكوين و الانخراط و المشاركة في  عصابة بقصد الاعتداءعلى الاشخاص و الاملاك و الاضرار عمدا باملاك الغير  و الاعتداءعلى موظف  عمومي بالقول و الفعل  و القاء مواد صلبة و عدم احترام اجراءات الطواري وفتحت تحقيقات في الغرض آمام

قاضي التحقيق عبد العزيز الزريبي بالمكتب الرابع حيث مثل ١٤ متهما ،وهم ياسين العمري و قيس النهيدي و رياض عجبوني  حسام ساعي موسى ا لبيضي و رمزي الفريضي و محمد عاشور عيادي و اسامة مسطوري و طارق بن زرب و هو مريض نفسي  و شوقي سعودي و خالد مسعودي و كريم جمايعي و محمد ذهب وقد تم ايداع جميع المتهمين بالسجن حتى مكافحتهم نظرا لخطورة التهمة

قاضي التحقيق بالمكتب الخامس  المنذر بن جعفر حيث مثل ١٠ متهمين و هم محمد بن علي و سامي الصالحي و سامي المرزوقي و صفوان الجنحاني و العربي بن احمد و محمد العياري و نجيب المعتوقي و اسامة بن نصر و سفيان بن موسى وعلي الشيباني


قاضي التحقيق بالمكتب الثالث عشرالقاضي فتحي اسكندراني حيث مثل  ١٢ متهما وهم حمدي الهمامي و الياس بن بغداد و بسام التليلي و محمد برهان قلة و اشرف اللبدي و فوزي الجفالي ووجدي البروفي و ايمن العربي و منجي البريكي و حسان منصر و اسامةعبد الواحد و محمد ايمن الجحيدي وقد تم الافراج عن ١٠ متهمين في التحقيق         

mardi 1 mars 2011

Quand le Mot Liberté Rime avec Foutre le Bordel

Hier je suis partie à la faculté pour enseigner. Une fois arrivée la bas j'ai été étonnée parce que la faculté était presque vide. Sur plusieurs salles , six ou sept salles étaient occupées. Pour ma part je n 'ai pas enseigné . Au début je suis allée à la buvette ou j 'ai discuté  la situation avec quelques professeurs tout en essayant de trouver des solutions.  Ensuite, je suis restée dans la salle des professeurs. j 'entendais des étudiants qui criaient et hurlaient en levant des slogans ou chantant des chansons de Cheikh Imam. Au début le bruit venait de la cours et de la buvette des étudiants, ensuite ça a commencé à s'approcher et se faire entendre de plus en plus. J 'ai compris que les étudiants étaient entrain de faire le tour des couloirs de l 'établissement en chantant et en criant...

Puis une collègue est entrée à la salle. Elle était effrayée et presque en larmes. Elle nous a expliqués que ce groupe d'étudiants probablement de l 'UGET  ont forcé la porte de la salle ou elle enseignait et l'ont forcée à quitter la salle en utilisant la violence. Ils voulaient que les étudiants partent à la kasbah Elle a aussi souligné le fait que certaines des personnes qui étaient dans le groupe n 'étaient pas des étudiants,  ce sont des personnes étrangères à la faculté. Une autre collègue a dit que venant des étudiants de l 'UGET cela n 'était pas bizarre. 

D 'habitude, je me précipitais pour prendre la défense  des étudiants de l 'UGET à chaque fois ou certains collègues disaient que ce sont des gens qui n 'ont rien à foutre  ou que ce sont des bandits mais cette fois ci j 'ai préféré garder le silence. En effet ces actes sont inacceptables d'étudiants qui se disent défenseurs des droits des étudiants. Le premier droit d'un étudiant c 'est de pouvoir suivre ces cours normalement . Ces étudiants n 'ont ni respecté leurs collègues qui veulent étudier ni les professeurs qui essayent de sauver l 'année académique. De quelles libertés parlons nous aujourd'hui ? Je pense que les gens qui veulent être à la Kasbah le sont déjà alors pourquoi forcer les gens qui ne veulent pas y être à y aller? J 'ai déjà dit que je respecte et je soutiens les gens qui sont à la Kasbah pour défendre leurs demandes jusqu'au bout. J'étais à la kasbah aussi avant la dégradation de ma santé mais forcer les gens à y aller est inadmissible.

Je pense que nous ne sommes pas encore prêts pour comprendre que notre liberté s’arrête quand celle des autres commence. Nous avons compris que la liberté de nous exprimer est la liberté d'insulter les autres et que la liberté de manifester est la liberté d’empêcher les autres de travailler.